Tux aux hermines
Accueil du site > Tribune Libre > Farce attaque sur le vote électronique.

Farce attaque sur le vote électronique.

mercredi 18 octobre 2006

Ne pas avoir accès aux sources pour un logiciel est déjà dangereux mais lorsque le logiciel est maître de votre futur premier monsieur ou madame de france ... cela devient criminel de laisser faire.

Le conseil municipal de Grenoble envisage de passer au vote électronique. Oui mais voilà qu’un troublion vient à s’y opposer. L’on se demande pourquoi au vue du nombre d’erreurs des dits ordinateurs de vote et de manière de les pirater qui sont publiés un peu partout.

Gilles Kuntz (ps) Adjoint au Maire de Grenoble et maître de conférence en informatique lance donc un appel. En effet, s’intéressant à la question de l’accès au code, il est bien obligé de constater que même la mairie qui voudrait s’équiper ne peut y accéder.

Le dossier d’agrément déposé au ministère de l’intérieur est en effet sous le coup du secret industriel. Ce qui fait que la maison mère qui fabrique et conçoit les ordinateurs de vote décide qui peut ou non voir comment ils tripatouillent notre démocratie. Soit dit en passant, Gilles Kuntz nous apprends que l’on ne sait toujours pas si les « experts » de sarko ont eux-mêmes eut le droit de vérifier le code. Ce qui serait disons pour le moins étrange.

Faisons leur confiance et pas la peine d’organiser les prochaines élections. Cela fera des économies et sarko sera déjà élu. Après tout le ministère de l’intérieur est de sa responsabilité et lui qui aime les raccourcis et les petites phrases populiste devrait se souvenir qu’au café du commerce l’on dit « a qui profite le crime » …

Source : http://ln.sortilege.net

Voir en ligne : Le communiqué de presse de Gilles Kuntz

2 Messages de forum

  • Madame, Monsieur,

    Bonjour à tous.

    Linuxien depuis fin 94 et en route pour la suite des Windows 3.1 et 3.11, voici mon impression.

    Il existe des solutions à base d’algorithmes aléatoire, permettant d’envoyer un message codé sans aucune trace de quoi que ce soit au final ! C’est issu d’un théorème mathématique. Je ne m’aventurerai pas dans le sujet mais je pense que cette technique est utilisée pour la transmission de message entrant dans la sureté de l’État. Il est à noter qu’en matière de cryptographie, toute utilisation d’algorithme asymétrique basé sur des clefs de plus de 256 bits est sévèrement règlementée, que ce soit pour une utilisation à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire.

    D’autre part, que l’on utilise Windows tout autre système, ce n’est jamais qu’une machine à état comme l’a décrit Turing à ses moments. Le reverse ingeneering est interdit et donc un particulier ne peut connaître la manière dont telle ou telle action est effectuée autrement qu’en explorant le code objet qui, au passage, est rarement plus long à comprendre que l’algorithme de crypto lui-même utilisé.

    J’avais rencontré et avais même écrit aux responsables du système connu sous le nom de séti@home où il s’agissait de faire travailler son processeur à l’étude de tel ou tel signal venu d’"ailleurs". Je m’étais alors fait connaître pour demander les codes source appliqué à mon pross mais ceux-ci m’ont répondu que le code n’était pas donné "pour des raisons de sécurités". Aujourd’hui encore, je ne comprends pas la réponse car les sources sont données avec le code objet, cela parâit une évidence.

    Le vote électronique promet vraiment d’être vraiment bolchévique, heu pardon boldélique, et je nous voie déjà accusé si nous avons l’audace de demander comment ça marche : c’est très simple ... secret d’état !

    Bien cordialement.
    Un internaute

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0