Tux aux hermines
Accueil du site > Les Documentations > Réponses aux questions posées lors de la discussion du mardi 14 janvier (...)

Les Mardis Du Libre ont commencés !

Réponses aux questions posées lors de la discussion du mardi 14 janvier 2003

Questions sur "Le Système Linux".

jeudi 30 janvier 2003, par Baptiste « BeTa » Simon, Benoît « Beny » Pineau, Christophe « CHiPs » Petit, Emmanuel « manproc » Prochasson, Vincent Correze

Le 14, nous avons testé le nouveau concept de « Mardis Du Libre ». L’idée est de reserver tous les mardis soir (19h-21h) pour discuter (questions/réponses). Ca a plutot bien marché (4 personnes sont venus nous poser des questions, on a abordé pas mal de sujets différents, et trouvé des idées pour les prochaines fois).

Voici les thèmes abordés :

- Comment graver en multisession ?
- Pourquoi faut-il « monter » un CD-Rom par exemple ?
- Quel différence entre SCSI et IDE ?
- Comment est organisé le système de fichier.
- Hmpf, la compilation, c’est pas très marrant, comment faire ?
- Comment se sortir proprement d’un plantage ?

Question subsidiaire :
- De quoi on va bien pouvoir parler la prochaine fois ?

Comment graver en multisession ?

La gravure en ligne de commande, c’est efficace mais pas très simple. Pour ce genre de tâche, mieux vaut utiliser une chouette interface graphique. K3b est plutôt excellente dans son genre il parait (en effet, nous n’avions pas la réponse a cette question, mais nous pensons que K3b l’a).

Pourquoi faut-il « monter » un CD-Rom par exemple ?

Sous d’autres systèmes d’exploitation, on a pas besoin de faire "mount /cdrom" pour lire un CD. Sous linux en revanche, les accès lecture/écriture sont optimisés. Lorsque vous copiez des fichiers, ils peuvent être temporairement conservés en cache (et donc, n’être pas vraiment copiés physiquement). Il y a désynchronisation entre ce que vous voyez et ce qui est réellement copié. Le "démontage" réalise la synchronisation finale (pour remettre tout comme il faut).

C’est très pratique dans la plupart des cas, en revanche, c’est dangereux avec les disquettes. En effet, imaginez que vous montiez votre disquette, vous copiez les documents que vous voulez dessus, puis vous la ressortez en oubliant de la démonter d’abord : il y a un risque que votre disquette ne contienne pas grand chose, ou rien d’exploitable. En effet, le système attendait le démontage pour copier effectivement les fichiers sur la disquette, ceci pour optimiser les temps de réaction (pour les disquettes, utilisez les mtools). Si toutefois ca vous parait barbare, vous pouvez utilisez des choses comme supermount, sans doute disponible avec votre distribution.

Quel différence entre SCSI et IDE ?

Rapidement, parce que ca n’a rien a voir avec gnu/linux : le SCSI est plus fiable et plus performant que l’IDE en général, mais est aussi plus cher.

Comment est organisé le système de fichier ?

Gros morceau, on va visiter répertoire par répertoire et expliquer ca :

- La racine : /

Contient tous les autres répertoires :)

- /bin et /sbin

Contiennent toutes les applications systèmes (outils d’administration, commande de base...). Les commandes de sbin ne sont disponible que pour l’utilisateur root.

- /boot Contient les données pour le démarrage de la machine. On place souvent ce répertoire dans une partition de 10-15Mo.

- /cdrom, /floppy et /mnt

Ces répertoires sont les points de montage de divers périphériques amovibles. /mnt peut contenir d’autres points de montage (par exemple : /mnt/dvd, /mnt/usbkey...). sur certaines distributions, /cdrom et /floppy sont remplacés par /mnt/cdrom et /mnt/floppy).

- /dev

Système de fichier virtuel, contient tous les périphériques du système. Par exemple, le premier disque dur est reférencé par /dev/hda. Une carte son est en général référencée par /dev/dsp, ou /dev/audio.

- /etc

"Editing Test Configuration" : contient tous les fichiers de configuration du système, et des logiciels installé dessus. Certains fichiers personnels d’un utilisateur sont stockés dans /./, avec / qui correspond au répertoire personnel, et , au nom de l’application considérée.

- /home

Contient les répertoires personnels des utilisateurs. Par exemple, si votre login est ’toto’, alors vous aurez un répertoire /home/toto, votre répertoire de travail. Vous pouvez faire ce que vous voulez a l’intérieur de ce répertoire.

- /usr

Contient toutes les applications, bibliothèques et données non système (non vitales au système), destinées à être utilisées par tout le monde.

- /var

Contient toutes les données ’variables’ d’un système. Les logs (fichiers qui trace précisement tout ce qui se fait sur le système), les queues d’impressions, les mails...

- /lib

Contient toutes les librairies du système.

- /root

Répertoire personnel de l’administrateur.

Hmpf, la compilation c’est pas très marrant, comment faire.

La compilation mérite qu’on y attache une soirée entière (et on essaiera de le faire). Voici toutefois une procédure qui devrait fonctionner dans la majorité des cas :

- Extraire l’archive ; si c’est un tar.gz ou un tgz, la commande est tar zxvf , si c’est un tar.bz2 il faut faire tar jxvf . j et z pour bzip2 et gzip, x pour extraction, v pour le mode verbeux (pour que le programme « parle ») et f pour indiquer que le paramètre est un fichier.

Attention, dans la plupart des cas, la décompression de l’archive créée un répertoire ou sont stockés tous les fichiers, toutefois, certaines archives sont mal empaquetées et vous risquez de vous retrouver avec pleins de fichiers éparpillés dans votre répertoire de travail. Avant décompression, vous pouvez donc déplacer l’archive dans un répertoire vide pour ne pas prendre de risque, ou utiliser un tar zxtf pour voir la liste des fichiers.

- Lire la documentation (souvent un fichier README ou INSTALL est disponible à la racine des sources).

- ./configure pour vérifier que votre environnement de compilation est valable pour compiler cette application. Si tout fonctionne bien, ce programme crée les Makefiles, que vous utiliserez dans la suite de la procédure.

- Si le configure renvoit des erreurs (des fichiers manquant la plupart du temps) il suffit de la corriger (donc installer le programme manquant la plupart du temps) et de recommencer jusqu’à ce que tout fonctionne. Ca peut être très long, mais c’est souvent relativement court.

- Quand tout a bien fonctionné, make démarre la compilation (la encore il y a des risque d’erreurs). Une fois la compilation terminée, make install copie les fichiers aux bons endroits. Enfin, make clean supprime les fichiers temporaires de compilation.

Comment se sortir proprement d’un plantage ?

Si votre noyau est compilé avec la bonne option (Kernel Hacking -> Kernel Debuging [o],Magic Sysreq Key [o]), alors vous pouvez controler votre ordinateur, même s’il est bien planté avec les combinaisons de touches Alt + ImprEcran + une des lettres suivantes :
- s (Synchronisation des disques dur).
- u (Umount les disques et les remonte en lecture seulement).
- i (tue toutes les tâches - kIll).
- b (redémarre la machine - reBoot).

De quoi on va bien pouvoir parler la prochaine fois ?

- La compilation.
- La gravure.
- La ligne de commande.
- De quoi avez vous envie de parler ?

P.-S.

Désolé pour le retard :)

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0